Page Française

Les nombreux secrets de la ville oubliée de Gonur

Imprimer Envoyer
09 Février 2012
|

La ville de Gonur, vue aérienne. Photo T. Cole


"Dans la Bactriane-Margiane * le Complexe archéologique (BMAC), vous pouvez trouver dans cette culture de l'âge du Bronze de l'Asie centrale, datant de 2300-1700 Avant JC et située aujourd'hui au Turkménistan, dans le delta de l'ancienne rivière Murghab, au sud-est du Turkestan donc , une ville incroyable nommée: "Gonur Tepe".

Ce site incroyable a été documenté par l'archéologue greco-russe Viktor Sarianidi. Il y a découvert un palais, la ville fortifiée par une enceinte ancienne en brique, et des temples avec des autels du feu dédiés à la religion zoroastrienne. Le Dr.Sarianidi l'a déclaré comme étant la 5ème plus ancienne civilisation de la terre et non seulement une culture, mais une civilisation perdue.

D'autres chercheurs ont trouvé une similitude incroyable entre les structures, l'architecture de la ville,les artefacts de l' âge du bronze avec les dessins qui peuvent être trouvés dans des tissages turkmènes.


Carte du Turkestan

Regardez donc! A vous de décider... Ceci indique un niveau supérieur de sophistication quant à leur conceptualisation de leur propre civilisation , un sens profond dans leur vie quotidienne même, avec de nombreux niveaux de compréhension en fonction de votre éveil de conscience et de votre niveau de connaissance ...

e dr Sarianidi considère Gonur comme la "capitale" du complexe de la Margiane pendant tout l'age de bronze. Il a découvert des murs de fortification impressionnants, des portails, des temples et palais.


Tapisserie Turkmène. Photo T. Cole

Mais aussi de vastes systèmes d'irrigation que j'étudie pour leurs éventuelles similitudes avec ceux que j'explore depuis des années en Egypte, dans le Fayoum et le delta...On a retrouvé aussi à côté des modèles de chars à deux roues datant de 3000 ans avant JC.

Le dr Sariadini a trouvé également des bassins avec des traces de cannabis, de pavot et d'éphédrine. Selon lui, cette découverte renforce la théorie selon laquelle ce sont les ingrédients de la Soma et il explique que ce n'était que pour l'utilisation de certains prêtres pendant des cérémonies religieuses très restreintes.

La सोम Soma, qui est mentionnée dans le Rig Veda ou haoma (dans les livres avestiques) était une boisson rituelle bien connue censé donner l'immortalité. Selon le saint livre zoroastrien de l'Avesta, la boisson appelée le Haoma représente une divinité qui peut guérir toutes les souffrances.


Logo de la plateforme de données Européennes biologiques ELEXIR (European Life-Science Infrastructure for Biological Information)

Maintenant ce que j'ai trouvé est que, dans la langue avestique le mot:" Hauma" a survécu dans lemillieu persique en tant que " Hom" et que les Perses utilisent la phonétique "Ha" au lieu de «Sa» et dans leur langue ils ont appelé cet élixir de vie: Parahoma ou Pharaoma ... Pharaon +Ma, et Ma dans les pays africains est un suffixe anciens signifiant toujours: un liquide ou un fluide ... alors faisons-nous face la boisson sacrée des pharaons? Je pense vraiment que nous ne sommes pas très loin de l' élixir de vie égyptien.

Et puis aussi quelque chose que j'ai trouvé très intéressant, c'est que dans la biologie moderne, ils ont appelé le corps cellulaire, c'est-à-dire la partie centrale d'un neurone: soma (du grec s?µa, ce qui signifie «corps», ou pericaryon), et la traduction du nom grec:" pericaryon" est la suivante: "autour du noyau"... n'est-ce pas ce que nous trouvons dans la conception de l'architecture particulière de la ville?.... et la Soma dans la biologie moderne donne aussi le potentiel d'énergie pour l'être humain et il est le centre pour le renouvellement des cellules.... Vous pouvez imaginer: je continue l'écriture de mon livre sur le plus ancien elexir de vie!


* Bactriane = nom grec, aujourd'hui: Balkh. Margiane: nom grec de la Margu Persique, la capitale du Turkménistan, aujourd'hui Merv.


References:

Bakels, “The contents of ceramic vessels in the Bactria-Margiana Archaeological Complex, Turkmenistan” in Electronic Journal of Vedic Studies, Vol. 9. Issue 1c (May 2003)



Antoine Gigal est un auteur français, chercheuse et exploratrice, correspondante permanente en Egypte de la revue “L’ Egypte”



|
 

Suivez-nous sur:

Seguici su Facebook Seguici su Twitter Seguici su YouTube