Page Française

Les peuples autochtones du Bénin: le cas des natifs de Wodji

Imprimer Envoyer
14 Décembre 2011
|


’’On combat pour la sauvegarde des différents patrimoines culturels des peuples natifs, c'est-à-dire des peuples naturels, et des minorités ethniques de la planète afin qu’ils puissent constituer une contribution pour le patrimoine spirituel de toute l’humanité’’.

C’est là ainsi libellé le point 19 du manifeste de l’écospiritualité. Un manifeste qui reflète l’entente commune et les objectifs entre les différentes cultures et peuples naturels. Des peuples au nombre desquels le peuple natif de Wodji, un village situé dans la commune de Dangbo, dans la Vallée de l’Ouémé, au Sud Est de la république du Bénin.

Malgré un développement accru et une civilisation étrangère imposé à certains peuples de la planète, l’humanité tient encore le coup grâce a ces peuples que nous appelons natifs, naturels ou autochtones.

Depuis la création de l’humanité, il y a maintenant des millénaires, certains peuples ont décidé de rester encore naturels : vivre de façon à respecter les principes de la nature.

C’est le cas par exemple de ceux là que nous appelons les ’’Wodjinou’’ c'est-à-dire les natifs de Wodji, un village situé dans la commune de Dangbo, dans la Vallée de l’Ouémé, au Sud Est de la république du Bénin.

Le territoire qui est le leur et qu’ils habitent d’ailleurs depuis des lustres est composé d’une partie sur la terre ferme et l’autre sur une étendue d’eau: la lagune.

C’est un peuple qui a gardé à cœur les grandes traditions léguées à eux par leurs ancêtres disent-ils. Des traditions au nombre desquels: les cérémonies de présentation à la lune d’un nouveau né, les cérémonies annuelles et souvent en fin d’année pour conjurer le mauvais sort et chasser les mauvais esprits, les cérémonies d’offrandes et de prières aux ancêtres lors de nouvelles récoltes pour les travaux champêtres etc.


Les ’’Wodjinou’’ (peuple natif de Wodji) ont gardé un style de vie tout à fait naturel et y tiennent disent-ils jusqu’à la fin des temps. Au nombre de leurs comportements de vie nous pouvons cité: les cérémonies de circoncisions permettant au jeunes adolescents de devenir adultes (des hommes à part entier), la préparation de toute consommation alimentaire dans des canaris de fabrication artisanales à base d’argile, l’éducation de l’enfant de sexe masculin confié au père de famille et celle de l’enfant de sexe féminin à la mère. Car nous ont-ils confié : ’’chaque parent arrive à mieux comprendre les problèmes auxquels sont confronté les enfants de même sexe que lui. C’est une tradition que nous avons hérité de nos ancêtres et parents’’.

Les natifs de Wodji vivent dans une société vraiment organisée et strictement hiérarchisée. C’est un peuple qui tient au respect de l’aîné, des dépositaires et des garants de la tradition. Pour exemple: les enfants et les adolescents ont le devoir et l’obligation de saluer les aînés sans leur tendre la main et surtout en s’accroupissant devant eux.

La croyance chez les natifs de Wodji est basée strictement sur les religions traditionnelles. C’est pourquoi chaque clan et chaque famille de la société chez les avagbodjinous se retrouve à travers un vodoun. Même si certains parmi eux sont sujets à une évangélisation violente à laquelle ils n’entendent pas céder.


Ange Yvon Hounkonnou est Promoteur culturel et Président de la Ecospirituality Foundation, Benin

|
 

Suivez-nous sur:

Seguici su Facebook Seguici su Twitter Seguici su YouTube