Page Française

A la découverte du Zangbéto

Imprimer Envoyer
10 Août 2011
|

Le Fétiche ’’Zangbéto’’ sur la voie lors d’une cérémonie de purification


Resté jusqu’à nos jours la chasse gardée de personnes secrètement initiées dans les couvents, le Fétiche ’’Zangbéto’’ appelé en français ’’Gardien’ de la nuit’’ est un patrimoine très cher de la culture béninoise.

Le Fétiche ’’Zangbéto’’ a été instauré au 16ème siècle par Sa Majesté Tè Agbanlin, Souverain du Royaume de Porto-Novo pour sécuriser la cité (Porto-Novo et sa banlieue). Alors Fétiche ’’Zangbéto’’ était la police de la nuit, dont l’arme de défense et de dissuasion est le pouvoir surnaturel. Il a alors pour mission de protéger les populations contre toutes sortes de malfaiteurs physiques (tels que les malfrats, les voleurs, les cambrioleurs) et contre les malfaiteurs invisibles (tels que les mauvais esprits qui polluent l’environnement avec les mauvais sorts, les sorciers et les oiseaux de nuits utilisés par les sorciers).


Le Vodoun qui incarne l’esprit Zangbéto

Pour toutes situations, malveillantes ou divers conflits nuisibles à la paix dans la société, après consultation de l’oracle (le fâ ou le ifâ), le Fétiche ’’Zangbéto’’ fait sa sortie pour en apporter les solutions. Par exemple : lors des grandes sécheresses ou la pluie devient rare et le feu ravage la production des cultivateurs et les concessions, lors du passage de mauvais vents comportant des mauvais esprits invisibles et qui déposent des maladies mortelles au sein de la population, le Roi fait appel au Fétiche ’’Zangbéto’’ pour des cérémonies spirituelles afin de purifier la cité. Ces cérémonies ont pour résultats : le retour de la paix, la régularité des saisons, la bonne récolte des cultivateurs, une bonne ambiance au sein de la population.

Au regard de l’importance du rôle que joue le Fétiche ’’Zangbéto’’ dans la cité, le Roi, Chef Suprême de tous les cultes Vodoun du royaume a alors décrété une période spéciale dans l’année pour célébrer le Fétiche ’’Zangbéto’’.

Au cours de la période de célébration du Fétiche ’’Zangbéto’’ qui dure environ quinze jours, on assiste à deux types de cérémonies :

Une cérémonie au couvent dont à accès rien que les initiés. Cette cérémonie permet de faire l’adhésion de nouveaux initiés.

La seconde cérémonie est une réjouissante populaire qui se déroule dans la journée ou Fétiche ’’Zangbéto’’ fait des démonstrations de danses et des démonstrations magiques.


Le Zangan, le Chef du culte Zangbéto de Avrankou faisant des rituels de sortie de couvent

En matière de démonstrations magiques, Fétiche ’’Zangbéto’’ peut se transformer en invisible, en n’importe quel animal, en n’importe quel objets tels que : des bombons, des biscuits, du lait, du sucre, du chocolat et autres pour émouvoir le public. Ce qui est le plus extraordinaire est qu’on incendie le Fétiche ’’Zangbéto’’ qui, devenu cendre se recompose à nouveau.

A la fin de toutes les cérémonies, les différents responsables du culte Zangbéto appelé ’’Zangan’’ vont rendre compte au Roi afin de donner une bénédiction finale.

Après des succès réels et remarquables du Fétiche ’’Zangbéto’’ dans le royaume de Porto-Novo et de ses environs, toute l’étendue du territoire l’a adopté et en a fait un patrimoine incontournable dans la diversité culturelle du Bénin.

Malgré la présente de structures de sécurités modernes, le Fétiche ’’Zangbéto’’ continuent toujours de jouer son rôle de gardien de la nuit jusqu’à nos jours.


Les images ont été prises lors des cérémonies d’inhumation d’un Grand Prêtre du culte Zangbéto


Réalisé suite aux explications de Benoît Houessou, Chef Suprême du Culte Zangbéto des départements de l’Ouémé Plateaux.

|
 

Suivez-nous sur:

Seguici su Facebook Seguici su Twitter Seguici su YouTube