Page Française

Les Seigneurs qui sont venus

Imprimer Envoyer
13 Juin 2017
|
Les Seigneurs qui sont venus

Extraterrestres-reptiliens en Afrique


Zulu chaman Credo Mutawa basé en Afrique du Sud confirme l'histoire d’extraterrestres-reptiliens en Afrique, un autre chapitre caché de l'histoire perdue de la planète Terre. David Icke a rencontré dans ses voyages avec le chaman zoulou sud-africain appelé Credo Mutawa. Cette personne merveilleuse raconte l'histoire des premiers dieux africains. Les reptiles étaient des extra-terrestres qui sont venus en Afrique pour les mines d'or.

Parce qu'ils avaient besoin de travailleurs, ils ont créé génétiquement les premiers humains comme leurs esclaves. Ils avaient également été étroitement liés avec les femmes humaines, pour la création d'un des leaders de race supérieure. Ces dirigeants (la moitié des rois de pur-sang) ont été le pont entre les reptiliens extra-terrestres et les peuples africains. Mutawa crédo avait aussi un collier antique qui raconte l'histoire des premiers jours des extraterrestres sur Terre.


Les traces de l'arrivée des extraterrestres sur Terre

Des chercheurs ont rapporté la découverte d'un cimetière mystérieux situé dans la région d'Afrique centrale, près de la ville de Kiwali au Rwanda. Apparemment, ce lieu de sépulture a été créé il y a environ cinq siècles. Fait intéressant, ils n'ont pas trouvé la trace d'un habitat humain près de l'ancien cimetière, dont les restes des corps avaient une forme étrange, en fait les chercheurs ont supposé que ces corps pourraient être des créatures d'une autre planète. Bien que la nature des corps n’est pas confirmé celle des extraterrestre, leur anatomie semble d'un autre monde.

Collier antique qui raconte l'histoire des premiers jours des extraterrestres sur Terre
Collier antique qui raconte l'histoire des premiers jours des extraterrestres sur Terre

Au lieu, quarante fosses communes qui gardent près de 200 corps ont été retrouvés. Les restes semblent appartenir à des créatures qui en moyenne ont plus de deux mètres de haut, avec des têtes extrêmement longues, et sans montrer de signes de la bouche, les yeux ou le nez. Ethnologues ont osé suggérer que ces créatures étaient probablement une race extraterrestre dont le système immunitaire ne pouvait pas lutter contre les maladies des terres et finissent par mourir prématurément. Cependant, ils n'ont pas trouvé des traces de ce qui aurait pu être leur vaisseau spatial.

Le peuple du Rwanda, le peuple Hutu, aussi bien que le peuple Tutsi, déclare, et ce n’est pas le seul peuple en Afrique qui le déclare, que leurs ancêtres vraiment les plus anciens étaient une race d’êtres qu’ils appelaient les Imanujela, ce qui signifie “les Seigneurs qui sont venus”. Et certaines tribus en Afrique de l’Ouest, telle qu’un peuple Bambara, disent aussi la même chose. Elles disent qu’est venue du ciel, il y a de très nombreuses générations, une race de créatures hautement avancées et redoutables qui ressemblaient à des hommes, et ils les appellent Zishwezi. Le mot Zishwezi signifie les créatures plongeantes ou planantes qui peuvent descendre du ciel en planant ou glisser à travers l’eau. Le peuple Dogon en Afrique occidentale qui affirme que la culture lui a été donnée par les êtres en question, mais le peuple Dogon n’est qu’un parmi beaucoup de peuples en Afrique qui prétendent que leur tribu ou leur lignée royale ont d’abord été fondées par la race surnaturelle des créatures qui sont venues du ciel.

Le peuple Zoulou, qui est célèbre en tant que peuple guerrier, le peuple auquel appartenait le Roi Shaka Zulu, au siècle dernier. Les Zoulous s’appellent eux-mêmes “le peuple du ciel”.  Dans la langue zouloue, le nom pour le ciel, le ciel bleu, est sibakabaka. Le nom pour l’espace interplanétaire, toutefois, est izulu et le weduzulu, qui signifie “espace interplanétaire, le ciel noir dans lequel vous voyez des étoiles chaque nuit”, a aussi quelque chose à voir avec le voyage. Le mot zoulou pour le voyage au hasard, comme un nomade ou un bohémien, est izula. Le peuple Zoulou en Afrique du Sud était au courant du fait qu’on peut voyager à travers l’espace, non pas à travers le ciel comme un oiseau, mais que vous pouvez voyager à travers l’espace, et les Zoulous prétendent qu’il y a de très nombreux milliers d’années, il arriva, depuis les cieux, une race de gens qui ressemblaient à des lézards, des gens qui pouvaient changer de forme comme ils le voulaient. Et des gens qui marièrent leurs filles à un voyageur (extraterrestre), et qui donnèrent naissance à une race dominante de Rois et de Chefs tribaux, il y a des centaines de contes de fées, dans lesquels un lézard femelle endosse l’identité d’une princesse humaine, se fait passer pour elle et se marie à un prince zoulou.


Peinture de Crodo Mutwa
Peinture de Crodo Mutwa

Conte Zoulou  d’une aliène qui s’était marier à un prince

Chaque écolier en Afrique du Sud, est au courant de l’histoire d’une princesse appelée Khombecansini. Khombecansini devait se marier avec un beau prince appelé Kakaka, un nom qui veut dire “celui qui est éclairé”. Maintenant, un jour où Khombecansini était en train de ramasser du bois de chauffage dans la brousse, elle rencontra une créature appelée un Imbulu. Et cet Imbulu était un lézard qui avait le corps et les membres d’un être humain, mais avec une longue queue. Et ce lézard parla à la princesse Khombecansini, “Oh, combien vous êtes belle, ma fille, si seulement je pouvais être comme vous. Si seulement je pouvais vous ressembler. Puis je venir près de vous ?” dit la femme-lézard Imbulu à la princesse. Et la princesse dit, “Oui, vous pouvez.”

Et alors que la femme-lézard, qui en était une des plus grandes, venait près de la fille, elle cracha dans les yeux de la fille et elle commença à changer. C’est à dire que le lézard prit soudain une forme humaine et ce lézard commença à ressembler de plus en plus et de plus en plus à la fille, à l’exception de sa longue queue pointue. Et ensuite, dans une explosion inattendue de violence, la femme-lézard immobilisa la princesse et lui enleva tous ses bracelets et ses colliers ainsi que sa jupe de mariée, et elle les enfila. C’est ainsi que le lézard devint la princesse. À présent il y avait deux femmes identiques dans la brousse, la femme lézard à la forme modifiée et la femme originale. Et la femme-lézard dit à la femme originale, “Maintenant tu es mon esclave. Alors tu vas m’accompagner au mariage. Je serai toi et tu seras mon esclave, suis-moi !” Elle prit un bâton et se mit à tabasser la pauvre princesse. Et ensuite elle s’en alla, accompagnée par d’autres filles qui étaient les demoiselles d’honneur, selon la coutume zouloue, et elle arriva au village du prince Kakaka. Mais, avant qu’elles n’atteignent le village elle devait faire quelque chose au sujet de sa queue, c’est à dire que la femme à la forme changeante devait, d’une manière ou d’une autre se cacher la queue. Donc, elle força la princesse à tisser un filet avec des fibres et elle y rentra sa queue et elle l’attacha serré sur elle-même.  Elle ressemblait maintenant à une femme Zoulou avec de très grosses fesses attirantes, quand elles sont vues du dehors. Et ensuite, quand elle arriva et devint la femme du prince, une chose étrange se mit à se passer dans le village. Tout le lait se mit à disparaître parce que chaque nuit la princesse à la forme changeante, la fausse princesse, avait l’habitude de dégager sa queue, qu’elle utilisait pour aspirer tout le lait aigre à travers un trou au bout de la queue. Et la belle-mère dit, “Qu’est-ce que c’est ? Pourquoi le lait est en train de disparaître ?” Alors, elle dit, “À présent, je vois, il y a un Imbulu parmi nous.” La belle-mère, qui était une vieille dame intelligente, dit, “Il faut creuser un trou devant le village et il doit être rempli de lait.” Et c’est ce qu’on fit. Et ensuite, on a dit à toutes les filles qui étaient venues avec la fausse princesse de sauter par-dessus ce trou. L’une après l’autre, elles ont sauté. Et quand celle à la forme changeante fut forcée, à la pointe de la lance, de sauter elle aussi, au moment où elle sauta sa longue queue jaillit du filet sous sa jupe et se mit à boire bruyamment le lait à travers son trou, et les guerriers tuèrent celle à la forme changeante. Et c’est ainsi que la véritable princesse Khombecansini devint la femme du roi Kakaka.

Les populations africaines connaissent les soucoupes volantes depuis des centaines d’années, et ont un folklore et une mythologie importante sur le sujet. Ils savent qu’il y a des êtres qui voyagent dans ces dispositifs et qu’il y a beaucoup d’africains qui ont vu ces créatures. Ils sont considérés comme des dieux, certains bienveillants, d’autres malveillants
Les populations africaines connaissent les soucoupes volantes depuis des centaines d’années, et ont un folklore et une mythologie importante sur le sujet. Ils savent qu’il y a des êtres qui voyagent dans ces dispositifs et qu’il y a beaucoup d’africains qui ont vu ces créatures. Ils sont considérés comme des dieux, certains bienveillants, d’autres malveillants

Cette histoire se décline en de nombreuses versions. Partout en Afrique du Sud, parmi beaucoup de tribus, vous trouverez des histoires de ces étonnantes créatures qui sont capable de passer du reptile à l’être humain, et du reptile à n’importe quel autre animal de leur choix. Et ces créatures, existent vraiment. Peu importe où vous allez, partout en Afrique du Sud, de l’Est, de l’Ouest, et du Centre, vous trouverez que la description de ces créatures est la même. Même parmi les tribus qui jamais, durant toute leur longue histoire, n’ont pas eu le moindre contact l’une avec l’autre. Ces sont associées avec certaines étoiles dans le ciel, et une de ces étoiles est un groupe important d’étoiles qui fait partie de la Voie lactée, que notre peuple appelle Ingiyab, ce qui signifie “Le Grand Serpent”. Et il y a une étoile rouge, une étoile rougeâtre, près du bord de cet énorme cercle d’étoiles que notre peuple appelle Isone Nkanyamba.

 

Pensé des Africain sur les extraterrestres

On prétend que ces créatures se nourrissent de nous les êtres humains ; Qu’elles ont, à un moment donné, défié Dieu lui-même à la guerre, parce qu’elles voulaient la maîtrise complète de l’univers. Et Dieu leur livra une terrible bataille, Il les vainquit, les blessa, et les obligea à se cacher dans des villes sous la terre.

Elles se cachent sous la terre dans des cavités profondes, parce qu’elles ont toujours froid. Dans ces cavités, nous dit-on, il y a d’énormes feux qui sont entretenus en permanence par des esclaves humains, des esclaves comme des zombies. Et, on dit aussi que ces Zuswazi, ces Imbulu, ou quel que soit le nom que vous leur donnez, ne sont pas capables de manger de la nourriture solide. Soit ils consomment du sang humain, soit ils absorbent ce pouvoir : l’énergie qui est générée quand des êtres humains, sur la surface de la Terre, sont en train de combattre et de s’entre-tuer en grand nombre. Des gens qui s’étaient enfuis du premier massacre au Rwanda, depuis bien des années, et ces gens étaient horrifiés par ce qui était en train de se passer dans leur pays. Ils disaient que le massacre des Hutus par les Tutsis, et des Tutsis par les Hutus, est vraiment en train de nourrir les monstres que sont les Imanujela. Parce que les Imanujela aiment inhaler l’énergie qui est générée par une multitude de gens lorsqu’ils sont terrifiés ou tués par d’autres gens.

On trouve dans les langues de notre peuple des mots qui sont similaires à des mots orientaux, du Moyen-Orient, et même amérindiens. Et le mot Imanujela signifie “le Seigneur qui est venu”. Ce mot que n’importe qui peut découvrir au Rwanda, chez le peuple rwandais Hutu et Tutsi, est très semblable au mot hébreu Emmanuel, qui signifie “Le seigneur est avec nous”. Imanujela, “ceux qui sont venus, les Seigneurs qui sont ici”.

L’empereur reptilien
L’empereur reptilien

Et il y a un autre nom sous lequel ces créatures sont connues. Ce nom est Chitauli. Or le mot Chitauli signifie “les dictateurs, ceux qui nous disent la loi. Autrement dit, “ceux qui nous disent, secrètement, ce que nous devons faire”. Maintenant, on dit que ces Chitauli nous ont fait un certain nombre de choses quand ils sont venus sur cette planète.

 

Les aliène, comme base de la terreur sur terre

C’est une des plus étranges histoires qu’on trouve partout en Afrique dans les sociétés secrètes de chamans et les autres lieux où les vestiges de notre ancienne connaissance et de notre ancienne sagesse sont encore préservés. Voilà, à l’origine, la Terre était couverte par un très épais manteau de brouillard ou de brume. En fait, les gens ne pouvaient pas voir le Soleil dans le ciel, sauf comme un halo de lumière.  Et ils voyaient aussi la Lune la nuit comme une légère griffe lumineuse dans le ciel, parce qu’il y avait cette épaisse brume. Et la pluie était toujours en train de tomber sous la forme d’une bruine constante. Toutefois, il n’y avait pas de tonnerre. Il n’y avait pas de tempêtes. Le monde était densément recouvert de grandes forêts, de grandes jungles, et les gens vivaient en paix sur la Terre à ce moment-là. Les gens étaient heureux et on dit, qu’à ce moment-là, nous, les êtres humains, n’avions pas l’usage de la parole. Nous faisions seulement des bruits amusants comme des singes ou des babouins heureux, mais nous n’avions pas la parole comme nous l’avons maintenant. Et en ces siècles-là, les gens se parlaient entre eux grâce à leur esprit. Un homme pouvait appeler sa femme en pensant à elle, en pensant à la forme de son visage, l’odeur de son corps, et le toucher de ses cheveux en tant que femme.  Qu’un chasseur soit sorti dans la brousse et ait poussé des cris pour faire venir les animaux, et les animaux auraient choisi l’un d’entre eux qui soit vieux et fatigué, et cet animal se serait offert lui-même au chasseur afin qu’il puisse le tuer rapidement et l’emporter à sa caverne pour servir de nourriture carnée. Il n’y avait pas de violence contre les animaux. Il n’y avait pas de violence contre la nature de la part des êtres humains à ce moment-là. L’Homme avait l’habitude de demander de la nourriture à la nature. Il venait vers un arbre et pensait à un fruit, et l’arbre aurait permis à certains de ses fruits de tomber par terre, et l’homme les aurait pris. Et toutefois, on dit ensuite que quand les Chitauli sont venus sur Terre, ils sont arrivés dans de terribles vaisseaux qui volaient dans l’air, des vaisseaux qui étaient façonnés comme des grandes boules et qui faisaient un bruit effroyable et un feu terrible dans le ciel.

Peinture qui illustre le pouvoir des humains avant l’arrivé ses extraterrestre
Peinture qui illustre le pouvoir des humains avant l’arrivé ses extraterrestre

Et les Chitauli dirent aux êtres humains, qu’ils rassemblaient par la force à coup d’éclairs, qu’ils étaient de grands dieux du ciel et que dès lors ils allaient recevoir un certain nombre de grands dons de la part des dieux. Ces soi-disant dieux, qui étaient comme des êtres humains, mais très grands, avec une longue queue, et avec d’effroyables yeux ardents, certains d’entre eux avaient deux yeux jaunes et brillants, d’autres avaient trois yeux, l’œil rond et rouge étant au centre de leur front.  Ces créatures retirèrent ensuite les grands pouvoirs que les êtres humains avaient : le pouvoir de parler seulement grâce à la pensée, le pouvoir de déplacer des objets avec seulement leur esprit, le pouvoir de voir dans l’avenir et dans leur passé et le pouvoir de voyager, en esprit, vers d’autres mondes.

Tous ces grands pouvoirs, les Chitauli les ont enlevés aux êtres humains et alors ils ont donné aux êtres humains un nouveau pouvoir, l’usage de la parole. Mais, les êtres humains trouvèrent, avec horreur, que l’usage de la parole divisait les êtres humains, au lieu de les unir, parce que les Chitauli avaient créé d’une manière fourbe différente langues, et ils provoquèrent une grande querelle entre les gens. Les Chitauli firent aussi quelque chose qui n’avait jamais été faite auparavant : ils donnèrent aux êtres humains des gens pour régner sur eux, et ils dirent, “Ce sont vos rois, ce sont vos chefs. Leur sang est le nôtre. Ils sont nos enfants, et vous devez écouter ces gens car ils parleront en notre nom. Si vous ne le faites pas, nous allons vous punir d’une manière absolument terrible.” Avant l’arrivée des créatures appelées Imbulu, les êtres humains étaient spirituellement une seule entité. Mais quand les Chitauli sont arrivés, les êtres humains sont devenus divisés, à la fois spirituellement aussi bien que par la langue. Et ensuite, les êtres humains recevaient d’étranges nouveaux sentiments de la part des Chitauli. Les êtres humains commencèrent à se sentir en danger, si bien qu’ils se mirent à construire des villages entourés de très robustes clôtures de bois.  Les êtres humains se mirent à devenir des fondateurs de pays. Autrement dit, ils entreprirent de créer des tribus et des terres tribales, qui avaient des frontières, qu’ils défendaient contre tout ennemi éventuel. Les êtres humains devinrent ambitieux et cupides et ils désiraient acquérir des richesses sous la forme de bétail, et de coquillages. Et, une autre chose que les Chitauli forcèrent les êtres humains à faire, ils obligèrent les êtres humains à exploiter des mines à l’intérieur de la Terre. Les Chitauli mirent au travail les femmes humaines et leur firent découvrir des minéraux et des métaux de certains types. Les femmes découvrirent le cuivre ; Les femmes découvrirent l’or ; Les femmes découvrirent l’argent. Et, éventuellement, elles étaient guidées par les Chitauli pour allier ces métaux et pour créer de nouveaux métaux qui n’avaient jamais existé dans la Nature auparavant, des métaux tels que le bronze, le laiton et d’autres encore. En outre, les Chitauli retirèrent alors du ciel la brume sacrée dispensatrice de pluie et pour la première fois depuis la création, les êtres humains regardèrent vers le haut et virent des étoiles, et les Chitauli dirent aux êtres humains qu’ils avaient tort de croire que la Divinité demeurait sous la Terre. “À partir de maintenant,” dirent les Chitauli aux habitants de cette Terre, “les habitants de la Terre doivent croire que Dieu est au Ciel et ils doivent faire ici sur la Terre des choses qui fassent plaisir à ce Dieu qui est au Ciel.”

Un incubatoruim avec un gris. Ici, les incubateurs sont cubiques  et non en cylindre- Image : Kim Carlsberg
Un incubatoruim avec un gris. Ici, les incubateurs sont cubiques et non en cylindre- Image : Kim Carlsberg

Vous voyez, à l’origine, les êtres humains avaient cru que la Divinité était sous terre, qu’elle était une très grande mère qui demeurait sous la Terre car ils voyaient toute la verdure pousser en sortant de la Terre, l’herbe venait de sous le sol, les arbres poussaient de sous le sol, les gens avaient cru, pour cette raison, que les gens qui mouraient allaient sous terre. Mais quand les Chitauli firent tourner les yeux des humains vers le ciel, les gens commencèrent à croire, à ce moment-là, que Dieu est dans le ciel et que ceux qui meurent sur cette Terre ne vont pas sous terre, mais montent au ciel.

 

Récit d’abduction en 1959

Il évoque ensuite les « Gris », nommés Mantindane (bourreaux), des serviteurs impitoyables des Chitauli. Credo dit avoir été abducté sur le mont Nyangani alors qu’il cueillait des plantes.

Il sentit un grand froid en plein été, puis il se retrouva dans ce qui ressemblait à un tunnel en métal. Les murs éclairaient d’une lumière phosphorescente. Il était sur une table, nu, avec autour de lui de petites créatures grises, lentes et ternes. Une créature était plus grande, et fixait Credo dans ses yeux, ce qui le paralysait. Il remarqua qu’elle avait des pupilles verticales, derrière les yeux noirs qui faisaient comme des couvercles. La créature empestait une odeur de soufre, d’œuf pourri. (Credo indiquera plus loin que cette odeur persiste sur les femmes fécondées par des Gris).

Puis il a ressenti une grande douleur dans la cuisse gauche et la créature lui a posé sa main sur la bouche. Credo dit que c’était comme d’avoir une patte de poulet contre ses lèvres. Beaucoup d’articulations, des griffes… et les créatures portaient des combinaisons gris argenté. L’une des créatures a ensuite inséré quelque chose dans la narine droite de Credo, par une sorte de stylo-bille argenté relié à un câble. Il y avait du sang partout, qui étouffait Credo et l’empêchait de respirer. Puis la douleur très intense a disparu et il a eu des visions apocalyptiques qui ont submergé sa tête (comme si cet « implant » placé permettait ce transfert des visions). Puis une créature inséra un petit tube noir dans son membre viril. En retirant ce dispositif, Credo urina sur une créature qui dut partir.

Alors que l’entité plus grande, inexpressive et d’aspect féminine, était toujours au-dessus sa tête, Credo vit arriver une créature grande et grosse en métal. Une sorte de robot sans bouche et sans nez, avec des yeux brillants. Puis il vit arriver une créature féminine bouffie, avec un corps rose, humain, au poil blond, avec des yeux bleus bridés, et des cheveux qui ressemblaient à du nylon. Les pommettes étaient hautes, les lèvres charnues, le menton pointu. Mais cette créature était très mal proportionnée, les seins mal placés, le corps gras, les jambes trop courtes… etc. Et c’est alors qu’elle est accouplée avec Credo, il dit que l’expérience était traumatique.


Différentes observations d’OVNI en forme de boomerang. Selon Credo Mutwa,  ces vaisseaux font des tourbillons de poussières et un bruit de tornade en se posant
Différentes observations d’OVNI en forme de boomerang. Selon Credo Mutwa, ces vaisseaux font des tourbillons de poussières et un bruit de tornade en se posant

Programme d’hybridation

Credo Mutwa donne ensuite une description de salles fréquemment rapportées lors des abductions.

« Cela me prendrait trop de temps pour décrire ce que j’ai vu dans cet endroit étrange, alors que la créature me poussait, brutalement, de salle en salle. Même maintenant mon esprit ne peut pas comprendre ce qu’était ce que j’ai vu. Parmi les nombreuses choses que j’ai vues il y avait des objets cylindriques énormes, faits de ce qui semblait être une sorte de verre. Et dans ces objets, des cylindres, qui s’étendaient du plafond jusqu’au sol de l’endroit que nous étions en train de traverser, il y avait ce qui avait l’air d’une sorte de liquide rose grisâtre. Et dans ce liquide j’ai vu des petites éditions des créatures extra-terrestres qui flottaient en tournant en rond, comme des petites grenouilles dégoûtantes, à l’intérieur de ce liquide. »

Credo Mutwa voit aussi un autre abducté en passant, un blanc, totalement terrorisé. Puis Credo s’est retrouvé dans la brousse, avec un douleur atroce à la cuisse gauche et un pénis douloureux. Retourné au village, les autres n’étaient pas surpris, disant que ça arrivait à beaucoup de monde. Certaines personnes ne revenaient jamais. Il dit aussi que de nombreuses femmes ont des grossesses provoquées par des abductions, ce qui est extrêmement traumatisant et bien sûr source de conflits familiaux.


Activité OVNI en Afrique du Sud et dans le Drakensberg

Credo Mutwa évoque des expériences au Zimbabwe et au Lesotho, mais il n’est pas le seul. Une vague d’OVNI s’est déroulée en avril 2005 en Afrique du Sud, mais c’est déjà en 1956 que la célèbre aductée Elizabeth Klarer, d’orientation « new age », témoigne d’une rencontre dans la région de Drakensberg, les « montagnes du Dragon ». Elle dit avoir eu une relation sexuelle avec un extraterrestre, après avoir été emmenée près d’Alpha du Centaure. Elle aurait eu un fils qui serait resté avec son géniteur.

Il y a donc les « reptiliens » (Chitauli), les « gris » (Mantindane), mais ce n’est pas tout. Credo Mutwa évoque une race d’extraterrestres « ressemblant exactement à l’homme blanc ». Ce sont de grandes entités, d’apparence humaine, aux yeux bleus inclinés et aux pommettes hautes. Ils ont des cheveux d’or, leurs doigts sont admirablement fins et délicats.


Paterne Akonkwa Bushunju, République démocratique du Congo, est Correspondant de l’Afrique


|
 

Suivez-nous sur:

Seguici su Facebook Seguici su Twitter Seguici su YouTube