Page Française

L’identité culturelle Wémè

Imprimer Envoyer
11 Avril 2015
|

Prescriptions ancestrales dans le Royaume de Wémè-Dangbo


Tous les wémènous sont des frères et sœurs puisque tous descendants du même ancêtre TOGBO-HONSOU.

Le grand ancêtre TOGBO-HONSOU eut 7 fils que sont Dékan, Lokoé, Agaè, Odjèhoun, Ayoli, Yè et Anaho, constituant ainsi les clans des Dékanmènou, Lokoévinou, Agaégonnou, Odjèhounvinou, Ayolinou, Yèvinou et Anahovinou.

Du fait des luttes internes de trône et par ailleurs, des agressions fréquentes perpétrées par le Roi d’Abomey, Sa Majesté AGON GNINHOUAN, en 1590, a conduit de Hlagba dénommé Wémè Houégbo à Dangbo actuel, une grande population constituée des descendants des 7 clans issus de TOGBO HONSOU et de ses cousins maternels que sont les Adjanou.

Dès son installation à Dangbo en tant que Roi des Wémènou, il a découvert la présence à Ké, d’une communauté royale précédemment établie avec laquelle il a choisi de convenir d’un accord de co-habitation et de collaboration appuyé par l’engagement de AGON GNINHOUAN de défendre la communauté royale de Ké contre les agressions périodiques qu’elle subit.

Cela a abouti au mariage par AGON GNINHOUAN de la fille du Roi AGAGNON de Ké nommée SAYO de qui est né HOUNFIGNON, Prince de Wémè et de Ké.

Du fait de cette alliance et de ses bonnes retombées, les Wémènous et les Kénou sont des alliés définitifs.

Par conséquent, les Pouvoirs sacrés et les Pouvoirs royaux de Wémè doivent entretenir et maintenir des relations de bonne collaboration avec les Kénou qui n’ont connu de succession sur leur trône qu’après 5 siècles.

A l’origine, Sa Majesté AGON GNINHOUAN a installé les descendants de TOGBO-HONSOU à Dangbo, à Hozin et environs sous la conduite de ZOUNGLA, à Kessounou, à Gbékandji autour de la divinité GOU, à Tchian autour de la divinité SOSSO et à Zinvié et environs.

Au fil des ans, ces populations avec de nouveaux immigrés, ont évolué et se sont dispersé sur toute l’étendue de Wémè actuel partant de Gbodjè, Arrondissement de Avagbodji, Commune des Aguégués jusqu’à Damè-Wogon, Commune de Bonou.

Les descendants de TOGBO-HONSOU de Zinvié qui sont majoritairement des Yèvinou ont également évolué et se sont créé leur propre trône royal et ont plus tard perdu le rapprochement avec le Palais Sacré de TOGBO-HONSOU à Dangbo, du fait des délimitations territoriales effectuées par le Pouvoir colonial.


Les Pouvoirs

Conformément à la tradition mise en place par nos Ancêtres :

Depuis la création du Royaume de Wémè-Dangbo en 1590, Dangbo est le Siège du Pouvoir Traditionnel et du Pouvoir Royal de Wémè.

Les Pouvoirs sont répartis comme suit :


Les Trônes Suprêmes :

-  Ils sont occupés par Daah TOGBENON ASSOU désigné par l’oracle parmi les Lokoévinou Tavènou et DAAH TOGBENON ASSI désigné parmi les Lokoévinou Sèchinou ; ils  sont les Chefs Suprêmes du Pouvoir Traditionnel dans Wémè.

Ils sont les Souverains des trônes ou Grand Maitre des Trônes  parce que représentant l’Ancêtre Général TOGBO-HONSOU et sont les seuls intronisateurs des Rois et de tous autres Chefs traditionnels.

Ils sont les Grands Prêtres des deux plus grands fétiches de Wémè que sont TOGBO ASSOU et TOGBO ASSI auprès de qui les intronisations se font.

Ils patronnent au plus haut niveau tous les prêtres des divinités traditionnelles sur toute l’étendue de Wémè.

Le Palais sacré de TOGBENON ASSOU à Aholouko à Dangbo et le Palais sacré de TOGBENON ASSI à Dokomè à Dangbo, tous deux mis en place à l’installation du Royaume, sont les deux Sièges du Pouvoir traditionnel de Wémè.

S’ils sont tous deux au trône, Daah TOGBENON ASSOU et Daah TOGBENON ASSI ne peuvent jamais être ensemble ou se rencontrer physiquement jusqu’à la vacance de trône.

Aucune personne non-couronnée ne peut accéder à eux sans se décoiffer et se déchausser et ôter l’habit supérieur.

Aucune personne couronnée ne peut accéder à eux sans ôter son habit supérieur et sans mettre sa couronne à l’envers.

Sauf dérogation spéciale, les Autorités républicaines et autres sont soumises aux mêmes obligations.


Après chaque occasion de  dérogation, le Souverain des Trônes se soumet à des rituels de purification.

Anciennement, on disait Daah TOGBONON et non Daah TOGBENON.


Le Trône Suprême de Second Degré :

C’est celui de Dah LOKONON qui est le représentant de LOKOE, le cadet des 7 fils de TOGBO-HONSOU. La divinité LOKOE est installée à Agonwadji à Dangbo en 1590. Ses prêtres sont désignés parmi les Lokoévinou Oudonou.

L’Ancêtre LOKOE est entré dans la divinité traditionnelle dès sa naissance parce qu’étant venu à la vie avec une graine d’Iroko qui semé par ses parents est devenu Arbre Sacré autour duquel il a implanté un Temple à Wémè-Houégbo, Temple qu’il a animé toute sa vie en tant que Grand Prêtre directement gouverné par TOGBO-HONSOU.

Comme son père, ses oncles, ses frères et ses cousins, il est inhumé à Wémè-Houégbo à son décès après un vieillissement excessif pendant que leur Grand-Père TOGBO-HONSOU et son épouse continuaient de vivre.

Quarante et un jours plus tard, pendant que s’accentuèrent les combats d’accession au  trône à Wémè Houégbo, TOGBO-HONSOU et son épouse, rassemblèrent leurs descendants et leurs alliés et fidèles autour de AGON GNINHOUAN qu’il intronise solennellement Roi des Wémènou, après une période de 3 lunes d’internement pour des enseignements et rituels propres à son trône.

Ils désignent et intronisent des descendants de chacun de ses 7 Petits-Fils sur des trônes cultuels tels que précisé ci-dessous,  après aussi une période de 3 lunes d’internement pour des enseignements et rituels propres à chaque trône.

Sur d’avoir préparé ses arrières, TOGBO HONSOU révèle à  AGON GNINHOUAN qu’au-delà de Hlagba, des terres neuves autour des rives du fleuve constitueront son paisible Royaume. Il le fortifia contre toutes attaques, lui fit constater qu’il est apparu sur le flanc du Grand Iroko une nouvelle pousse d’Iroko et une pousse de baobab qu’il doit emmener et planter au cœur de son nouveau Royaume avant d’installer son Palais, les Temples et les habitations diverses. Ensuite, devant la foule de ses descendants, TOGBO-HONSOU et son Epouse se sont transformé tous deux en un couple de gros oiseaux inertes appelés HON dont le male constitue le Pouvoir sacré des Daah TOGBONON ASSOU chargés de le garder sur toutes les générations, et la femelle le Pouvoir sacré des Daah TOGBONON ASSI chargés de le garder sur toutes les générations.

Au jour recommandé par le couple sacré, AGON s’engagea avec ses sujets dans la longue émigration. Dès son arrivée au cœur de ses nouvelles terres, il planta le jeune Iroko dans la zone qu’il choisit pour la construction des Palais Royaux qu’il dénomma AGON Wadji, et le Plant de Baobab un peu plus loin pour servir de socle du Royaume qui avertit que Tout ennemi qui arrive est d’office perdu, d’où l’appellation Wa don c’est-à-dire Viens te perdre.


Les trônes royaux :

Originellement le Trône royal est unique et est occupé par les Rois AGON désignés parmi les Lokoévinou Adoyanou. Il  est fondé par Sa Majesté AGON GNINHOUAN, fils de l’Ancêtre ADOYA et Petit-fils de l’Ancêtre LOKOE, directement intronisé depuis Hlagba dit Wémè Houégbo par son Arrière Grand-père TOGBO-HONSOU.



Mais dès 1681, à cause de l’atrocité du règne de Sa Majesté AGON HEELOU qui est le 2ème Successeur de AGON GNINHOUAN, les Agaégonnou et les Odjèhouvinou ont décidé de s’affranchir de la tutelle des Wémèholou AGON et ont créé à Hozin, la dynastie royale des Agaégonnou sous le vocable de Wémèholou des Agaégonnou et des Odjèhounvinon, en intronisant directement à Bamè-Zoumè, leur 1er Roi sous le nom de HOUENON.

Mais à partir du 3ème règne, le trône des Agaégonnou et des Odjèhouvinou est transféré à Dangbo aux cotés du trône originel du Wémèholou AGON et sous la tutelle des TOGBENON.

En 1950, Sa Majesté HOUEZE de la dynastie des Agaégonnou tout en résidant à Dangbo, a créé son Palais secondaire à Afamè, son village d’origine.


Toujours en 1681, les Dékanmènou ont créé à Gbékandji, la dynastie royale des Dékanmènou en se fondant sur l’exemple des Agaégonnou et sur leur qualité de descendants du fils ainé de TOGBO-HONSOU.

Dans la même période, les descendants de TOGBO-HONSOU ont créé le trône royal de Zinvié.


Les Trônes Cultuels :

Sur instruction de TOGBO-HONSOU, depuis 1590, le Fondateur du Royaume a aussi installé des divinités fortes pour protéger ses sujets et affermir son pouvoir. Il s’agit de :

-  Le Trône de HOUETO

Le Fondateur du Royaume Sa Majesté AGON GNINHOUAN a sacré Bamèzoun à Bembè, placée sous la gestion de son cousin ZOUNGLA puis a installé à Hozin le Chef traditionnel HOUETO, sacré Régisseur des Défunts de Wémè dont les âmes habitent Bamèzoun.

HOUETO a un Assistant dénommé Zoungan qui l’aide pour les prières et sacrifices divers dans la Foret sacrée appelée Bamèzoun parce qu’il est prescrit que HOUETO ne peut se déplacer de son Palais que la nuit entre minuit et Cinq heures du matin.

-  Le Trône du Grand Prêtre SOSSOKLOUNON

Il est occupé par Dah Sossoklounon du clan des Ayolinou qui est le Prêtre du fétiche SOSSO, Très Puissant Justicier installé à Tchian près de KATAGON pour obliger tous les Wémènou et toutes autres Personnes qui le consultent à se soumettre aux bonnes mœurs ou à défaut, subir la sanction du Fétiche, la mort après des tortures d’avertissement.

Le Fétiche SOSSO a la vertu de connaitre tous les actes humains et de sanctionner le mensonge et toute injustice notamment le vol, l’adultère et autres.

Il est garant du respect des Pouvoirs traditionnels de Wémè et protège l’autorité des Daah Togbénon et des Rois.

Il est si redoutable qu’on évite de prononcer son nom à tort.

-  Le Trône du Grand Prêtre GOUKLOUNON

Il est occupé par Dah Gouklounon du clan des Dékanmènou qui est le Prêtre du fétiche GOU, Très Puissant Justicier originellement installé seulement à Gbékandji pour obliger les Wémènou et toutes autres Personnes qui le consultent à se soumettre aux bonnes mœurs ou à défaut à subir la sanction du Fétiche.

-  Le Trône du Prêtre ADANZOKLOUNON

Il est occupé par Dah Adanzoklounon du clan des Lokoévinou qui est le Prêtre du fétiche ADANZO installé originellement à Hontogbo et au Palais Sacré à Dangbo,  pour déceler les actes d’adultère des épouses des Wémènou et au besoin purifier les femmes adultères.

-  Autres

Il existe d’autres trônes cultuels endogènes tels que ceux des Prêtres des fétiches Hèviosso, Hlavodoun, Agossi-Tonassé et bien d’autres encore installés dans diverses localités de Wémè, au fil des ans.

Il existe aussi aujourd’hui plusieurs divinités importées dans Wémè telles que Thron, Oro, Zangbéto et autres qui font la fierté des Wémènous.

 

Avec l’autorisation de Daah TOGBENON Gbèyi Toyi, Titulaire du Trône Sacré de TOGBO-HONSOU, Grand Maître des Trônes Royaux et Traditionnels de Wémè


Ange Yvon Hounkonnou, Poète de l’écospiritualité, Aumônier Ouest Africain de l’écospiritualité et Président de la Ecospirituality Foundation Benin

|
 

Suivez-nous sur:

Seguici su Facebook Seguici su Twitter Seguici su YouTube