Page Française

Espéranto, une langue interethnique

Imprimer Envoyer
20 Juillet 2012

La Association Universelle d'Espéranto (en espéranto: Universala Esperanto-Asocio, UEA) est la principale organisation internationale de l'espéranto, avec des membres dans 120 pays et dans le rapport officiel avec l'ONU et l'UNESCO

Universala Esperanto-Asocio travaille à défendre les droits linguistiques des minorités et des populations autochtones, tout en proposant une langue neutre et facile à apprendre comme moyen de communication réellement international


Universala Esperanto-Asocio est l'association mondiale des locuteurs de la langue neutre internationale, Esperanto, utilisée depuis 125 ans déjà dans le monde entier pour une communication interethnique, favorisant une intercompréhension claire tout en mettant chacun sur un pied d'égalité.

Les peuples autochtones, ainsi que les minorités ethniques ont souvent été ou sont encore soumis à une éducation dans la langue dominante au détriment de leur langue maternelle. Cette réalité les prive de leur langue, leur culture, et les coupe de leurs identités, elle diminue leur qualité de vie et attente a leur dignité.

Les recherches en éducation, sociolinguistique, psychologie, anthropologie et sociologie ont démontré que ce type d'éducation oblige les nouvelles générations à abandonner leurs racines, leur culture et leur langue, et ceci cause souvent des problèmes physiques et psychiques.

Selon des linguistes de renom, parmi eux Mme la Prof. Tove Skutnabb-Kangas et selon des instruments internationaux pertinents cette politique d'éducation peut être légitimement considérée comme un crime contre I'humanité.

L'éducation est un droit humain fondamental et essentiel pour I'exercice de tous les autres droits humains. Ne pas utiliser les langues maternelles autochtones, tribales ainsi que celles des minorités ethniques, en tant que langues principales pour l'enseignement et l'éducation des enfants appartenant à ces communautés, viole le droit de ces enfants à l'éducation, et perpétue ainsi le cycle de la pauvreté. Aujourd'hui, des millions d'enfants et d'adultes restent privés d'éducation en raison de l'insuffisance des politiques linguistiques.

Les langues minoritaires ou celles des peuples autochtones ne sont souvent pas autorisées dans l'administration nationale ou locale, ni dans les écoles. Par conséquent, des personnes appartenant à des communautés autochtones ou à des minorités peuvent être freinées dans leur pleine participation à la vie publique.

Ces processus contribuent à l'appauvrissement toujours plus rapide de la diversité linguistique et culturelle dans le monde. Nous sommes alarmés par la perte croissante de la diversité linguistique.

Il est prouvé que les diversités biologique et linguistique sont inséparables, connectées

et interdépendantes. Souvent, les savoirs traditionnels associés à l'environnement naturel des peuples autochtones sont préservées dans leurs langues. La perte de la diversité linguistique cause la perte des connaissances ancestrales, essentielles au maintien de la biodiversité.


Stephen Keller, à gauche, représentant UEA, avec deux collègues à l'ONU de Genève

Il est stipu1é dans l'article 4 de la Déclaration universelle de I'UNESCO sur la diversité culturelle (2 novembre 2001):

«La défense de la diversité culturelle est un impératif éthique, inséparable du respect de la dignité de la personne humaine. Elle implique I'engagement de respecter les droits de l'homme et les libertés fondamentales, en particulier les droits des personnes appartenant à des minorités et ceux des peuples autochtones.»

L'UNESCO soutient l'éducation de chacun dans sa langue maternelle, basée sur l'approche bilingue ou multilingue. De la même manière, notre organisation, l'Association Universelle d'Espéranto (UEA) soutient l'éducation dans la langue maternelle de chacun. Notre mouvement cherche a atteindre, entre autres, l'idéal suivant: la compréhension réciproque et la coopération entre les peuples. UEA agit en vue de résoudre les problèmes linguistiques dans les relations internationales, et pour faciliter la communication en leur sein.

Universala Esperanto-Asocio, en relation officielle avec I'ONU et I'UNESCO, travaille à défendre les droits linguistiques des minorités et des populations autochtones, tout en proposant une langue interethnique neutre et facile à apprendre, l'Espéranto, comme moyen de communication réellement international.

Utiliser sa langue maternelle dans tous les domaines de la vie, est un droit de l'homme fondamental. La CONVENTION de I'UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (Paris, le 20 octobre 2005) rappelle que:

«la diversité linguistique est un élément fondamental de la diversité culturelle»

Dans le cadre de notre programme: « Indigenaj Dialogoj » (Dialogues entre peuples autochtones) notre organisation a déjà donné des cours d'informatique et enseigné l'Espéranto, proposant ainsi un moyen de communication entre les représentants des peuples autochtones de 27 ethnies différentes. Ceci a eu lieu lors de plusieurs stages, et afin qu'ils puissent discuter entre eux des problèmes les concernant, d'un continent à l'autre et sur un plan d'égalité.


Déclaration de l’Association Universelle d'Espéranto

(Universala Esperanto-Asocio, UEA)

lors de la 5me session du

Mécanisme d'Experts sur les Droits des Peuples Autochtones

ONU, Genève 9-13 juillet 2012



 

Suivez-nous sur:

Seguici su Facebook Seguici su Twitter Seguici su YouTube