Page Française

Coutumes Traditionnelles de la tribu Mursi

Imprimer
30 Décembre 2017
Coutumes Traditionnelles de la tribu Mursi


Il y a dans la vallée de l’Omo une quinzaine d’ethnies qui vivent encore de façon ancestrale, avec des coutumes solidement ancrées. Un peuple semi-nomade de quelque 34 000 âmes.

Les Mursi vivent en lisière du parc national de Mago, au sud-ouest de l’Ethiopie, dans la vallée de la rivière Omo, située dans la dépression du rift, à proximité de la frontière du Soudan et du Kenya. A 60 km de Jinka, après avoir franchi l’escarpement du même nom, la piste chemine dans une vaste plaine couverte de savane semi-aride et d’étendue broussailleuse, immense réserve d’espèces de mammifères et d’oiseaux. Il faut plus de deux heures pour atteindre, enfin, l’une des entrées du territoire de cette ethnie. Ils seraient moins de dix mille. Leur nombre diminue du fait des conditions sanitaires extrêmement précaires, de périodes de sécheresse plus longues et de leur déplacement forcé vers les terres arides de l’Est.

Semi-nomades, C’est un des derniers peuples d’Afrique dont les femmes portent encore des ornements labiaux et auriculaires en forme de disques plats, d’où leur surnom de « femmes à plateau ».

Le peuple Mursi ou Murzu, ce sont des bergers nomades. Ils se déplacent à la recherche de pâturage et d'eau pour leur bétail. Lorsque cela est possible, ils cultivent du sorgho et du maïs. Ils ont peu de contacts avec les autres tribus. Ils établissent leurs villages près d’un cours d’eau où ils cultivent quelques arpents de terre. Ces hameaux d’une vingtaine de huttes de petite taille (moins de 1,20 m de hauteur), bâties sur une armature d’acacias et couvertes de chaume, changent régulièrement d’emplacement, aux grés des attaques de la mouche tsé-tsé, des tiques, des sangsues, des anophèles. Dans ces abris rudimentaires, serrés les uns contre les autres, ils dorment dans une absence totale de confort avec juste une peau de vache étendue sur le sol.


 Guerrier Mursi
Guerrier Mursi

Une liberté sexuelle avant mariage

La polygamie est habituelle, mais chaque femme a sa propre case, avec ses enfants. Pour le père, avoir des filles est une rente, chacune d’elle représentant en termes de dot un gain de vingt à trente vaches (patrimoine assurant la survie de la tribu) et une ou deux Kalachnikov ! Chez les Mursi, contrairement à leurs voisins (les Hamer, les Surma, les Bona…), les femmes ne sont pas excisées et les hommes circoncis. La liberté sexuelle est la règle pour les filles jusqu’à la date du « mariage », vers 16, 17ans. Mais avoir un enfant dès l’âge de 12 ans n’est pas inhabituel ! Elles accouchent dans la forêt, ceci expliquant la forte mortalité maternelle et infantile. Les femmes d’un même « mari » peuvent habiter dans des villages différents. Les hommes, guerriers nus ou couverts d’une peau de panthère et coiffés de défenses de phacochères, portent la Kalachnikov à l’épaule. L’allure fière, ils arborent des scarifications, preuves de leur courage et de leur vaillance aux combats. Leur corps est couvert de peinture à base de cendre et de gypse, apanage de la beauté. Ils sont connus pour leur instinct belliqueux et sont souvent en conflits larvés avec leurs voisins (Hamer…).

Quand les femmes atteignent l’âge de se marier, elles se font inciser la lèvre inférieure et y insèrent un labret de plus en plus grand pour la distendre petit à petit. Le plateau labial peut atteindre 20 cm de diamètre insérés dans leur lèvre inférieure. En terre cuite, ces plateaux en forme de poulie sont décorés de motifs géométriques variés et parfois peints. La taille est à la mesure de la dot exigée par la famille des jeunes filles à marier et de leur rang social. Elles portent un pagne en peau de vache ou de chèvre et sont parées de colliers de perles multicolores ou faits de coquillages et de bracelets en fers (bras et chevilles).

Coutumes Traditionnelles de la tribu Mursi

Leur alimentation, à base de purée de sorgo ou de maïs, est complétée par les produits de la chasse, de l’élevage (vaches, chèvres), de la pêche et par la cueillette de fruits. Comme les Masaï, ils consomment régulièrement du sang de Zébu, prélevé à la veine jugulaire. Les anciens, respectés par tous, prennent les décisions concernant la tribu et choisissent leur chef.


Honneur fait au mari

« On raconte que le plateau labial servait à enlaidir les femmes pour dissuader les guerriers des tribus voisines de les enlever, avance Benoît Feron. Mais avec le temps, c’est devenu un symbole de beauté et de prestige : plus la femme est importante au sein de la tribu, plus le plateau est grand. » En réalité, on ne sait pas avec certitude pour quoi les Suri portent un plateau. « C’est la tenue que les femmes jugent appropriée pour paraître en public. Elles portent toujours le labret pour servir de la nourriture à leur mari assis avec d’autres hommes », explique Jon Abbink, anthropologue au Centre d’études africaines de Leyde, aux Pays-Bas. Pour le chercheur, le labret a aussi une valeur sociale. Il indique le statut d’adulte ou d’épouse d’une femme et confirme qu’une dot en bétail a été versée par son époux à sa famille. La taille du plateau ne dépend pas forcément du montant de la dot. Avec le labret, la femme fait honneur à son mari qui assure le bien-être de sa famille et du troupeau. Benoît Feron a constaté par ailleurs que les plateaux n’étaient pas réservés aux grandes occasions : les femmes suri les portent au quotidien et les retirent à leur guise, pour manger notamment.


Une tradition en sursis

Les hommes, eux, arborent des scarifications. « Ce sont des guerriers. Il y a des règlements de compte à la kalachnikov avec les tribus voisines, mais ils n’en sont pas moins d’une grande coquetterie », observe le photographe. Et ils ne forcent pas les femmes à porter un plateau.

Femme Mursi avec des plateaux labiaux différents
Femme Mursi avec des plateaux labiaux différents

Aujourd’hui, les jeunes Suri ont le choix, certaines s’affranchissant de cette tradition désormais en sursis. D’autant plus que l’Etat considère ces coutumes comme un signe d’arriération. « Addis-Abeba octroie une partie de leurs terres les plus fertiles en concession à des groupes étrangers et construit un barrage hydro-électrique sur le fleuve qui les nourrit », pointe le photographe. Des menaces qui hypothèquent  l’existence même de ce peuple.


Jeux cérémonieux

Les hommes de Mursi, particulièrement ceux simples, trouvent le duel cérémonieux ou thagine très important. La thagine est une sorte d'arts martiaux utilisant des poteaux en bois et des vêtements de protection traditionnels. Les événements Thagine durent plusieurs jours. Les Mursi parlent parfois de thagine comme de «guerre» ou de kaman.

Le bâton en bois ou donga utilisé pour les duels a une longueur de deux mètres. Le poteau est coupé de l'arbre kalochi qui appartient au genre Grewia. En attaquant un homme tient le donga à sa base avec les deux mains. Il peut frapper n'importe quelle partie du corps de l'adversaire, mais seulement avec le manche de donga, jamais avec le point. Chaque combattant porte des vêtements spéciaux appelés tumoga. Son but est à la fois protecteur et décoratif.


Hommes Mursi
Hommes Mursi

Duel de cérémonie Thagine

Pour le combat, il ne faut pas dépasser la limite et il y a un ou plusieurs arbitres ou kwethani. Le combat est terminé lorsque l'un des adversaires tombe ou prend sa retraite en raison d'une blessure.

Si la victoire est obtenue en renversant l'adversaire, le vainqueur est célébré de façon importante. Il est porté autour du champ sur les épaules des hommes du même âge. Les classes d'âge représentent un facteur important dans la société Mursi.

Après cela, des filles célibataires appartenant au clan de sa mère, appelées «filles-mères» ou «dole juge», l'entourent. Ils mettent des peaux de chèvre par terre pour qu'il puisse s'asseoir. Les filles préparent également le tissu de coton. Ils l'étirent, sur des poteaux de duel, au-dessus du vainqueur et lui fournissent ainsi de l'ombre. Il y a une signification symbolique dans tout: une mère protège son bébé du soleil.


Femmes à plateau

Chaque fille décide jusqu'où elle peut s'étirer la lèvre. Il est réalisé en mettant des plaques progressivement plus grandes pendant plusieurs mois. Le diamètre d'une plaque peut atteindre 12 centimètres. Les assiettes sont retirées en mangeant.


Pourquoi les femmes locales portent un «ornement» si inhabituel?

Ils le font en tant qu'expression du devenir adulte dans le sens social et biologique.

Pour un étranger, une plaque à lèvres peut être considérée comme une forme de mutilation corporelle plutôt que d'art corporel, mais pour une femme Mursi ou Suri, c'est une expression de maturité féminine et un signe qu'elle a atteint l'âge de procréer.

Duel Thagine
Duel Thagine

C'est aussi un trait distinctif qui garantit qu'elle n'est pas confondue avec un membre des tribus rivales voisines qui ne se perceraient pas les lèvres (tribu Kwegu) ou porteraient seulement de petits bouchons insérés dans leurs lèvres inférieures (tribu Bodi).

Bien que les plaques labiales fussent aussi traditionnellement portées par les hommes brésiliens Suya, les femmes Sara du Tchad, les Makonde du Mozambique et les Botocudo du Brésil côtier (assez bouchée, même sans plaque de lèvre), les seules tribus qui suivent encore cette tradition sont les tribus Mursi et Suri d'Ethiopie.


Comment les lèvres sont-elles étirées et les plaques insérées?

Cette tradition est traditionnellement réalisée de 6 mois à un an avant le mariage d'une jeune fille, généralement vers l'âge de seize ans.

Lèvre inférieure sans plateau
Lèvre inférieure sans plateau

Lors d'un rituel d'initiation, une petite incision de 1 à 2 cm de longueur est pratiquée dans la lèvre inférieure. Ce rituel est généralement effectué par leur mère ou une autre parente. Une pince en bois ou un disque en céramique est placé dans l'incision et il reste là pendant environ 3 semaines ou jusqu'à ce que la plaie soit guérie. La cheville est alors remplacée par un disque légèrement plus grand, étirant ainsi la lèvre progressivement. Ce processus d'étirement continuera jusqu'à ce que la lèvre ait une ouverture d'environ 4 cm de diamètre. À ce stade, la première plaque à lèvres en argile sera insérée. Pour accueillir la plaque à lèvre, au moins deux et parfois quatre dents de devant inférieures sont extraites.

Chaque femme fabrique ses propres plaques à lèvres et les décore avec fierté. Le processus d'étirement utilisant des plaques à lèvres plus grandes se poursuivra jusqu'à ce qu'un disque d'environ 10 à 15 cm pénètre dans la lèvre inférieure. Il y a des rapports de certaines femmes qui se vantent des plaques de lèvre qui ont 25 cm de diamètre, bien que ce ne soit pas la norme. Ce processus d'étirement complet prend habituellement plusieurs mois à compléter.

Parce que les bouchons de lèvre rendent la discussion difficile, les femmes ne portent la leur qu'en compagnie d'hommes, mais les enlèvent pour manger et dormir ou quand elles sont seulement en compagnie de femmes ou d'enfants.


Est-ce que la taille compte?

C'est la tradition Mursi que les jeunes prétendants doivent payer le père de la future mariée en demandant la main de sa fille dans le mariage. La plupart des mariages sont pré-arrangés avec la future mariée ayant peu ou pas de voix en la matière. Bien qu'on dise souvent qu'il existe une corrélation entre la taille de la plaque à lèvres d'une jeune fille et celle de sa future épouse, cela ne tient pas, puisque le prix de la future épouse est habituellement déterminé avant la cérémonie d'initiation.

Jeune fille Mursi
Jeune fille Mursi

Il semble que la taille de la plaque est déterminée par ses préférences personnelles et la capacité de l'utilisateur à supporter la douleur associée à l'étirement de la lèvre.


Menace de cette tradition cette forme

Il y a des pressions sur les femmes Mursi du gouvernement éthiopien dominé par les musulmans pour qu'elles abandonnent cette pratique. Une autre pression indirecte vient de la prise de conscience par la tribu elle-même qu'elle sera exclue des bénéfices sociaux et économiques tant qu'elle sera perçue comme arriérée par les étrangers. Ils reconnaissent que la tradition affecte la perception qu'ont les autres de leurs limites et fait obstacle au développement futur.

Les touristes, d'un autre côté, maintiennent la tradition en vie. Ils parcourent de longues distances pour voir et photographier ces femmes à plis creux qu'elles perçoivent probablement comme des monstres dans un spectacle anormal. Les Mursi ont toutefois réalisé qu'ils pouvaient gagner leur vie en posant pour ces touristes, ce qui peut suffire à les motiver à poursuivre la tradition. La pratique d'étirer leurs lèvres est devenue un atout économique pour toute la communauté.

La tribu des Mursi devra probablement tenir compte des avertissements du gouvernement, mais d'ici là, les touristes continueront à venir.


Plaques à lèvres de femmes Suri
Plaques à lèvres de femmes Suri

Conflits vécus par la tribu Mursi

Dans l'ensemble, la tribu des Mursi est considérée comme «agressive» et «sélective». La tribu elle-même croit fermement à la confiance mutuelle et à ses relations basées sur sa similitude de culture et de linguistique. Les perspectives des autres tribus éthiopiennes sont l'une des principales raisons pour lesquelles les tribus Mursi ont constamment des conflits qui impliquent des droits de propriété et des droits ethniques (Encyclopedia Ethiopia). La tribu des Mursi n'a pas honte de certains des conflits historiques qu'elle a infligés aux tribus restantes de l'Éthiopie, par conséquent, elle n'a pas une bonne source d'association avec ses tribus voisines (Encyclopedia Ethiopia).


L'un des conflits les plus historiques, parmi la tribu Mursi, est avec la tribu voisine, Nyangatom. La tribu Nyangotom est également la voisine agricole des Mursi. Le conflit a été causé par la terre inoccupée, située dans l'est de l'Ethiopie. Cette terre inoccupée était située dans la vallée de Mago et offrait une bonne culture et donnait aux migrants un meilleur accès aux cultures. Cette terre spécifique a été considérée comme une source pour survivre à des périodes de pénurie alimentaire, mais seulement pour les populations touchées par la sécheresse qui s'installent en Afrique.

Femme Mursi avec plaque à lèvres
Femme Mursi avec plaque à lèvres

Les Mursi, qui vivent dans la vallée de l'Omo, ont été renversés par la tribu Nyangotom alors qu'ils équipaient des armes automatiques devant les Mursi. Cela a conduit à une attaque en février 1987, lorsqu'un grand nombre de membres de la tribu des Mursi ont été tués. La majorité des Mursi tués étaient des femmes et des enfants. En raison de la meilleure armature de la tribu Nyangotom par rapport à Mursi, l'évacuation immédiate était constante dans les villages Mursi et les sites de culture le long de la vallée de l'Omo. La tribu des Mursi ne pouvait pas non plus accéder aux armes automatiques avant 1992, mais elle a tout de même été renversée par la tribu des Nyangotom, car ils avaient plus facilement accès aux munitions nécessaires à leurs armes.

Comme la tribu des Mursi occupait la bonne terre cultivée de la vallée de Mago, il y a eu des conflits majeurs entre eux et la tribu Aari (Turton, 10). Les conflits ont également entraîné des flambées de violence. Les deux tribus ont suivi le même schéma qu'une attaque de représailles s'est produite après l'autre. Ces attaques ont entraîné de lourdes pertes et les autorités concernées. Les autorités de l'Ethiopie, qui exigeaient des relations pacifiques entre les Morsi et les Aari, représentaient l'infliction la plus importante du pouvoir de l'Etat dont les Mursi étaient les plus conscients.

Un conflit mineur auquel la tribu des Mursi a participé est celui des problèmes politiques avec la tribu Nyangotom (Schlee, 69). Le conflit a duré de 1987 à 1992 et a également impliqué la tribu Banna. Les Mursi, Nyangotom et la tribu Banna ont eu des conflits inter-ethniques entre eux (Schlee, 69). Les armes étaient très utilisées comme contrôle social de ce conflit interethnique, car elles montraient l'exploitation et l'oppression pour les attaques de représailles de chaque tribu (Schlee, 69).


Guerrier Mursi avec des Kalachnikov
Guerrier Mursi avec des Kalachnikov

Croyance religieuse

Les Mursi attachent beaucoup d’importance à l’harmonie intra-tribale. Hier encore, ils se regroupaient par clans familiaux sur les rives de l’Omo et plus souvent aujourd’hui dans les savanes arides de l’intérieur. Ils craignent et vénèrent à la fois les eaux de l’Omo qui sont vitales pour tous les peuples nomades ou semi-nomades de la région. Outre un fort courant et des tourbillons, l’épais limon brunâtre de la rivière cache hippopotames, crocodiles et mauvais esprits. Animistes, ils vénèrent la nature, un arbre, une source… et enterrent leur mort dans la forêt.


La langue

La tribu Mursi a non seulement un nom pour leur tribu, mais plusieurs. Ils peuvent aller par Dama, Merity, Murzi, Murzu (Turton, 1). Mais ils se sont autoproclamés Mun (Turton, Yigezu, Olibui).

Les tribus Mursi ont leur propre langue appelée Mursi. Mursi appartient à une plus grande classification des langues connues sous le nom de langues surmiques.

Ce n'est que récemment que la langue Mursi existait, mais maintenant il y a deux orthographes différentes. L'un est basé sur l'amharique, tandis que l'autre est basé sur le latin. La base amharique a été développée par quelques membres de l'organisation Serving In Mission. Alors que la base latine a été développée par Moges Yigezu à l'Université d'Addis-Abeba.


Paterne Akonkwa Bushunju, République démocratique du Congo, est Correspondant de l’Afrique